Des chiffres et des lettres

Shivaji Nagar

Bombay et son agglomération comptent aujourd’hui plus de 20 millions d’habitants. Le dernier recensement officiel remonte à 2011, mais il est très difficile d’avoir des chiffres exacts, en raison notamment de l’afflux constant de nouveaux, environ 13 millions d’habitants pour une surface de 603,4 km², ce qui fait une densité d’environ 21 500 hab/km².

C’est une densité élevée, mais à titre de comparaison, elle est à peu près équivalente à la densité de Paris intra-muros et bien inférieure à la densité de l’île de Manhattan à New York.

Rien d’exceptionnel donc, en comparaison d’autres grandes villes du monde.

Cependant, le problème se situe sur un autre plan : 62 % des habitants de Bombay vivent dans des bidonvilles ou des quartiers informels. Ce qui fait environ 8 millions de personnes. Ce chiffre est déjà énorme mais ce qui est gênant, c’est de savoir que ces 8 millions de personnes vivent sur seulement 15 % du territoire de la ville. Soit environ 90 km².

Imaginez 8 millions de personnes s’entassant sur un terrain de 90 km².

Ou alors une population de 89000 habitants par km².

Ou encore une ville de la dimension de Paris, mais avec 4 fois plus d’habitants.

C’est un entassement d’êtres humains tellement énorme qu’on a du mal à y croire.

Et ce n’est pas tout ! Dharavi, le plus grand bidonville d’Inde, situé au centre de Mumbai a une envergure de très précisément 2,39 km² et une population comptant entre 700 000 et 1 million d’habitants. Ce qui équivaut à une densité comprise entre 293000 hab/km² et 418000 hab/km² !

C’est gigantesque.

Pour reprendre un exemple bien français, c’est comme si on prenait la population de Marseille et qu’on la déposait sur le rocher de Monaco. «Ça ferait sans doute plus de supporters au stade Louis II, mais Albert ne serait pas très content.

Voilà pour les chiffres. Ils nous permettent de comprendre pourquoi Bombay est ce qu’elle est aujourd’hui. Le bruit, le monde, la saleté, la pollution mais aussi l’énergie, la folie et l’esprit d’initiative sont autant de caractéristiques qui découlent directement ou indirectement de la densité gigantesque de certains quartiers de cette ville.

NB : Il faut aussi prendre en compte la marge d’erreur comprise entre 5 et 10% pour ces chiffres car ils reposent sur le dernier recensement datant de 2011 – qui lui-même ne devait pas être très précis et essaient de prendre en compte l’afflux constant d’habitants chaque année (entre 100 et 300 familles s’installent à Mumbai chaque année) ainsi que différentes sources précisant que les chiffres du recensement sont probablement en dessous de la réalité.

À propos de l'auteur

Arnould Bazire

Après avoir perdu tout espoir de devenir champion de Badminton à cause de mon ennemi juré, François Michaut, qui, pour se venger de ma popularité, m'a roulé dessus avec sa R5 alors que j'étais lancé à plus de 50 km/h sur ma mob entre Saint Mathurin et Vairé, j'ai décidé de m'exiler en Inde pour fuir la perversité de notre société occidentale et pour retrouver la voie de la paix intérieure, à coup de sitar, de patchouli et de Mocoutra.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *