Bombay Bicycle Club

ClassicCircle_600

Le vélo est un moyen de transport pour le pauvre, un hobby pour le riche et une activité médicale pour le vieux.
Voilà ce qu’on dit sur le vélo en Inde. Et, à part quelques nuances, c’est tout à fait ça.

Quand j’habitais encore à Paris, le vélo était pour moi un moyen de transport, un moyen d’amusement, un exercice de style, mais aussi un sujet constant d’énervement et de frustration  puisque, malgré tous mes efforts pour le bricoler, l’alléger, le réparer et en faire une bête de course et d’élégance, censé susciter l’admiration de tous mes amis, de leurs copines et de leurs mamans, il tombait régulièrement en rade, et souvent à des moments critiques.
Entre les moments où je roulais à fond sur le boulevard de Sébastopol et  la roue se bloquait brutalement me faisant partir dans un dérapage rarement contrôlé sur le trottoir d’en face ou sous les roues d’un autre vélo, et ces instants horribles où la roue arrière (encore elle) se prenait dans un morceau de bois qui traînait et me faisait faire un harmonieux saut périlleux par dessus mon vélo qui me déposait avec perte, fracas et douleurs sur le sol pavé, je me suis souvent demandé pourquoi je continuais à rouler sur ce tombeau fusant.

C’est d’ailleurs étonnant que je ne sois pas passé sous un bus.

Lorsque je suis arrivé à Bombay, l’idée même d’essayer de faire du vélo a disparu instantanément. La piètre qualité des routes, la conduite furieusement débile des gens ici, ainsi que les gaz d’échappement aux multiples odeurs ont immédiatement projeté dans mon esprit l’image de mon futur tombeau.
J’ai donc préféré m’abstenir.

Cependant, aujourd’hui, ça me démange à nouveau. Surtout qu’il existe en fait des possibilités pour faire du vélo loisir ici, et vraiment profiter de la ville.
Le problème est que ce n’est généralement possible qu’entre 1h et 6h du matin (période où les cinglés de la route dorment, pour la plupart), entre octobre et mars (période où le temps est le plus clément).
Ce qui est assez restreint.

En fait, ici, le vélo n’est pas un truc fait pour rigoler avec les copains : les vendeurs de journaux, les porteurs d’œufs et autres vendeurs de toute sorte de choses en ont fait leur principal outil de travail.
Il y a tout un paquet de marques différentes, dont les plus populaires sont Hercules, Atlas (à croire que faire du vélo est une affaire de demi-dieux en Inde) ou BSA.
Beaucoup de ces vélos ont la particularité d’avoir un cadre renforcé, avec deux branches en haut (au niveau du tube), et d’être increvables en toutes situations. En effet, les routes sont tellement pourries et les vélos censés pouvoir fonctionner en toute circonstance – leur utilisation dépassant souvent un cadre classique, voir plus bas – ceux-ci doivent être méga résistants.

Mais voici quelques photos qui en diront plus sur toutes les utilisations, fantaisistes ou simplement vitales, du vélo à Bombay :

vélo bombay vélo bombay 1 velo bombay 2 vélo bombay 3 velo bombay 6 velo bombay 5 vélo bombay 4vélo bombay 7

 

 

 

 

 

 

 

 

*Bombay Bicycle Club est un groupe anglais de rock indépendant des années 2010. Leur nom est inspiré d’un restaurant Indien sur King’s Road. Aux dernières nouvelles, il n’existe pas de Club de Cyclisme de Bombay.

 

Copyright photos : Dinodia, Bombay Jules, Financial Times, Me and Myself.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *