Bombay et ses masala rats

mumbai rat killer - onlybombay.blogspot

A Bombay, le rat est un animal libre. Il se balade partout, il se nourrit de n’importe quoi et se reproduit à une vitesse infernale. Les rats sont tellement nombreux que, s’ils le voulaient, il pourrait prendre le pouvoir de la ville demain. Récit d’une menace poilue aux dents longues.

 

Récemment, dans les pages de nombreux quotidiens indiens, un fait divers a été relayé de manière catastrophiste. Dans un avion Calcutta-Delhi, un certain nombre de petits rongeurs aux dents très longues ont été trouvés, ce qui a du nécessiter une immobilisation et un traitement immédiat de l’avion. Il n’y rien de surprenant à ce qu’il y ait des rats dans les avions : les convois de bouffe s’acheminant vers ceux-ci font un transport parfait pour les petites bêtes qui aiment à se délecter de ce qui se fait de mieux en matière de nourriture en boîte ; c’est la raison pour laquelle les rats ne sont pas uniquement attirés par les avions indiens mais par les avions du monde entier. Le principal risque est évidemment que les rongeurs poilus se mettent à se nourrir de fils électriques, ce qui peut poser de sérieux problèmes à un avion en vol.

Le détail effrayant de cette affaire est que ce ne sont pas un ou deux rats qui ont été découverts, mais toute une nuée. Et quand on voit la taille des rats à Bombay par exemple, ce n’est pas vraiment rassurant.

 

Soyons tout de suite clairs, Bombay est une ville infestée de rats. Et ils ne se cachent pas, hein ! Ils se baladent à la vue de tous, avec leur gros ventre rempli de masala et d’épices, leurs poils sales et leur grosse queue cerclée. Certains sont tellement gros que vous pouvez les confondre avec des petits chats, c’est assez effrayant.

 

Actuellement, à Bombay, la municipalité emploie 31 « night rat killers » pour s’occuper de toute la ville. Étant donné que selon certaines estimations, il y a 88 millions de rats à Bombay (!!!), on peut dire que le combat n’est pas gagné. Ces types sont armés d’un bâton et pour gagner les 5000 roupies (environ 60 euros) que leur promet la municipalité chaque mois, ils doivent tuer au moins 30 rats chaque nuit.

 

rat mignon

 

Mais pourquoi la municipalité ne veut pas mettre du poison et qu’on en finisse ?

Parce que vue la densité énorme qui existe dans certaines zones résidentielles et considérant la quantité de gens qui dorment dans la rue, ce serait beaucoup trop dangereux. Sans compter que trois à quatre mois par an, la mousson emporterait toute la mort-au-rat sur son passage. La solution « bastonnade de rats » leur a donc semblé la plus appropriée.

En moyenne 150 000 rats sont tués chaque année. C’est bien, mais il en faudrait 100 fois plus pour pouvoir commencer à endiguer le problème.

Cette présence massive pose de nombreux problèmes : détérioration des connections électriques ainsi que des fondations des bâtiments, saleté, maladies… Et ce n’est pas près de s’arrêter, le rat étant une créature du démon, très intelligente, adaptable, et résistante.

Imaginez 88 millions de rats pour une quinzaine de millions d’habitants, ça fait 6 rats pour un habitant. Les rats se reproduisant très vite, la situation – qui est déjà catastrophique – risque de devenir désespérée en tout point, surtout si une épidémie transmise par les bêtes aux longues dents apparaît et se développent.

 

Ce problème, même s’il est particulièrement amplifié à Bombay, ne concerne pas uniquement l’Inde. En effet, dans le monde entier, dans les grandes villes modernes comme dans les campagnes reculées, les rats se développent à une vitesse effrayante et représentent une menace contre laquelle il est probable qu’il faille lutter sérieusement très prochainement.

 

Mais tout le monde n’est pas de cet avis : la société protectrice des animaux de Bombay, sans doute composée de gens responsables et intelligents, souhaite la fin de toutes les mesures visant à tuer les rats.

 

NB : Un documentaire sur la question :

http://www.theratrace.co.in/

À propos de l'auteur

Arnould Bazire

Après avoir perdu tout espoir de devenir champion de Badminton à cause de mon ennemi juré, François Michaut, qui, pour se venger de ma popularité, m'a roulé dessus avec sa R5 alors que j'étais lancé à plus de 50 km/h sur ma mob entre Saint Mathurin et Vairé, j'ai décidé de m'exiler en Inde pour fuir la perversité de notre société occidentale et pour retrouver la voie de la paix intérieure, à coup de sitar, de patchouli et de Mocoutra.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *